JDP, Jolie Déconnade Publicitaire

1422585702_f4749850e7

On pouvait croire que le fameux JDP était mort, mais non ! Il bouge encore. Pas beaucoup, suffisamment pour dire « si, si, l’auto-régulation de la publicité est effective ». Regardons de plus près les dernières décisions de l’organe censé sanctionner les pubs non déontologiques. Une bonne tranche de rire en perspective.

Une baffe, comme au cinéma…

Trois campagnes ont reçu leur verdict ce 16 novembre 2009. Seulement 3, me direz-vous, supposant à juste titre que les plaintes doivent être plus nombreuses. Mais le JDP écarte préalablement la majorité des plaintes, comme le rapport ARPP-Ademe du 15 septembre dernier le précise. Bref.

Premier candidat, un visuel légèrement sexiste sur les bords de la Cave Saint-Marc, à base de nana en maillot de bain et de blague lourde (sur le maillot). La Cave St Marc est une coopérative vinicole du vignoble des côtes du Ventoux, on peut avancer qu’il s’agit d’une campagne locale, ce qui n’enlève rien à son côté disons « un peu archaïque », mais sa portée est sans commune mesure avec une campagne TV. Et la campagne date de juillet dernier…

Toujours est-il que selon le JDP, « la plainte est fondée ». La sanction ? Attention les yeux, ça va piquer ! Je cite : « La décision du Jury a été communiquée au plaignant, à la société Cave Saint-Marc et au quotidien La Provence ; elle est diffusée sur le site internet du JDP. » Oui, la voilà la sanction ! Une page web presque 6 mois après la campagne. Terrible, non ?

Mais on s’en fout !

Deuxième candidat, Orange, dans le cadre de sa campagne « Il y a internet et internet », pour une affiche montrant un enfant en train de descendre une rampe d’escalier en glissant. Il aurait été utile de questionner le message (qu’est-ce que ce fameux internet « en mieux » qu’Orange propose ? La neutralité du réseau est-elle garantie ?), mais il s’agissait plutôt de la sécurité des enfants.

Verdict : « la plainte est fondée ». Sanction sans pitié : « La décision du Jury a été communiquée au plaignant, et aux sociétés Orange et Médiatransports ; elle est diffusée sur le site internet du JDP. » J’imagine déjà les réactions chez l’annonceur et l’agence média : « Ah, on est condamnés ? À quoi ? Ça ? Mais on s’en fout, en fait, ça ne change rien pour nous ! »

Une grosse Mercedes amie de la nature ?

La poire pour la soif : le JDP inclut presque systématiquement une campagne pour laquelle il rejette la plainte. Quand on fait semblant de sanctionner, il faut aussi faire semblant de relaxer – genre Saint Louis de la pub. Le chanceux, cette fois, s’appelle Mercedes, pour une insertion presse datant probablement du mois de juin 2009.

Le visuel de l’agence CLM BBDO, que je vous conseille, concerne la nouvelle Classe S 400 HYBRID. Il pleut des satisfecit et des bonnes intentions : « le luxe devient responsable », « championne du monde de sa catégorie en émissions de CO2 et en consommation », « de nouveaux jalons en terme de mobilité durable », « respect de l’environnement ». Alors, les chiffres ? 186 g de CO2/km, 7,9l/100 km. Bonne blague. Le simple fait que cette voiture très polluante fasse un peu moins pire que les autres est présenté comme un bénéfice environnemental. Est-il responsable de rouler dans une voiture qui pollue autant ? La manipulation est à la fois subtile (il y a un mieux factuel) et totalement grotesque (la situation de départ est tellement catastrophique que l’amélioration est nettement insuffisante pour justifier des messages aussi positifs). Qui peut y croire ?

D’autre part, la comparaison entre l’achat d’une voiture polluante et la pose d’ampoules basse consommation (dans un autre visuel) devrait à elle seule être condamnée. Quoi de commun entre la consommation d’une ampoule et la pollution d’une voiture ???

Mais si Mercedes échappe à la sanction, il n’y a vraiment pas de quoi s’énerver. Les deux autres verdicts le montrent, sanction ou pas sanction, l’impact est strictement le même, c’est-à-dire nul. Au moins, avec le JDP, on a de quoi rire une fois par mois. Eux aussi doivent s’en payer une bonne tranche à chaque audience.

Crédit photo : treehouse1977, sur Flickr, image mise à disposition sous un contrat Creative Commons by-sa.

5 comments to “JDP, Jolie Déconnade Publicitaire”
  1. Tu insultes la profession, tu ne fais que critiquer mais que fait tu pour nous défendre? C’est a cause de gros cons comme toi que la pub perd en crédibilité. Il y a des etres humains qui travaillent au JDP et à l’ARPP, va les voir et apprend la vie mon ami. Pauvre type qui essaye de nous donner des leçons depuis le trou du cul du monde. SI je te vois je t’en colles une.

    • Alléluia ! Alors comme cela il existerait des défenseurs du JDP ? Et qui s’exprimeraient (enfin, qui essaieraient) ?

      Bravo, « mon ami », j’aime beaucoup ce ton de dialogue et la franche ouverture dont tu fais preuve. Sache que je suis assez blindé contre les menaces, que pour l’affrontement physique tu as choisi le mauvais client (à la fois parce que je préfère le dialogue et parce que le combat ne me fait pas peur), et que le fait de ne pas être parisien n’enlève pas automatiquement toute une partie du cerveau.

      Par contre, sur le fond, que dis-tu ? Je critique le JDP, il ne faut pas ? C’est l’omerta ? Eh bien j’affirme que pour défendre « la profession » il faut accepter d’être contrôlé et sanctionné en cas de manquement. Une telle impunité effective ne fait que nous desservir, en encourageant les dérives et en nous donnant une image déplorable. Est-ce que le dénoncer est une insulte ? Ou plutôt une aide et une preuve d’attachement ?

      Des insultes, pas d’arguments sérieux, je dois être sur la bonne piste… Bon dimanche sous vos applaudissements…

    • Bonjour,
      je ne souhaites pas participer à l’altercation, mais voyant que vous êtes apparement membre de la JDP, peut être pourrez vous me renseigner.

      J’ai vu récemment au cinéma une publicité qui m’a choquée, en cherchant si elle avait déjà été dénoncé, je me suis apercue qu’il s’agit d’une vieille publicité condamnée en 2011!
      http://www.jdp-pub.org/Red-Bull-La-Chose-France-Televisions-Publicites,187

      Il s’agit exactement de la même publicité.
      Un conseil dur la démarche a effectuer ?

      • Bonjour,

        Merci pour votre commentaire. Alors d’abord, pour rectifier un peu les erreurs :
        – l’altercation (comme l’article) date de 2009. Affaire classée ;
        – je ne suis absolument pas membre du JDP (non merci).

        Ensuite, vous apportez une sacrée info ! Donc les annonceurs et les agences ne tiennent vraiment pas compte des avis du JDP (qui ne sont pas des condamnations, le JDP n’a pas le droit de sanctionner).

        Et enfin, si vous voulez perdre du temps, vous pouvez refaire une plainte au JDP. Si vous voulez quelque chose d’officiel, c’est la beauté de l’auto-régulation publicitaire, s’il n’y a pas de loi, on ne peut rien faire. Le plus efficace, c’est encore le bad buzz, ça, les marques et les agences n’aiment pas.

        Bon courage 🙂

  2. La sanction du JDP contre Leclerc était d’interdire l’annonce « Leclerc[…] trois fois moins cher ». Mais il est vrai que là, il s’agissait de concurrence déloyale et FINANCIERE surtout. L’ambiguïté de la société vis à vis le respect des femmes est reflétée dans les actions (ou absence d’action) du JDP.
    Telle société, tel JDP. L’argent, cela compte plus que le respect.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.