Mes flux RSS

135479492_f95862901e

Dans toute profession, les activités de veille revêtent une importance de plus en plus cruciale. Non seulement il est important d’être au courant de l’actualité de son ou de ses domaines professionnels, de l’évolution des pratiques, mais il est également essentiel de savoir en tirer le meilleur parti.

Le choix de la méthode de veille est donc la clé. Parmi les moyens à disposition, je suis particulièrement friand des flux RSS. Le format RSS, pour Really Simple Syndication, qui est un format ouvert, n’est ni plus ni moins que le contenu de pages web, sans aucune mise en page. À chaque nouvel article publié, un article correspondant est automatiquement généré au format RSS ; il se construit ainsi un flux RSS, que vous allez pouvoir lire depuis un agrégateur de flux : soit depuis votre navigateur Internet, soit grâce à une petite extension (je pense à Firefox et à son lecteur en ligne Sage), soit sur un lecteur RSS en ligne ; soit depuis un client de messagerie ; soit depuis un logiciel dédié.

C’est cette dernière solution que j’adopte. Sous Linux, j’utilise Akregator, un outil fabuleux, qui ne fait pas encore le café, mais ça ne saurait tarder. Par contre, je peux définir individuellement l’intervalle de téléchargement des flux, pour que cela ne devienne pas envahissant mais tout de même réactif. Le logiciel tourne en tâche de fond, je ne l’ouvre que quand je le souhaite, et il me signale le nombre d’articles que je n’ai pas encore lus. Il propose un petit résumé de l’article, et un mini-navigateur intégré (avec onglets), en cas de curiosité irrépressible. Il me permet enfin de classer efficacement mes flux, et de conserver les articles que je juge importants. Bref, une pure merveille. C’est ainsi que je commence chaque journée : je lis toute l’actu du matin, trouvant çà et là des idées d’articles pour mon blog.

Sur communicationresponsable.fr, par exemple, vous pouvez suivre le fil des nouveaux articles, celui des nouveaux commentaires, et les commentaires d’un article en particulier (sous chaque article, avant les commentaires).

Cette méthode est mille fois plus efficace que de surfer sur Internet, elle permet de suivre des dizaines de sites en un minimum de temps. D’ailleurs, très peu de sites ne proposent pas de flux RSS. Par conséquent, je m’y rends moins souvent que sur les autres ! Et pour vous faire profiter de ma pratique, je vous livre mon fichier OPML, où sont regroupés tous mes flux RSS. Ils sont au nombre de 100, tout pile, classés dans trois catégories : développement durable, communication et logiciels libres, mes trois domaines de prédilection.

2009_06_08_rss_ypll

N’hésitez pas à enrichir ou à mettre à jour cette sélection !

Crédit photo : *ejk*, sur Flickr. Image mise à disposition sous un contrat Creative Commons by-sa.

Partagez ce contenu !Email this to someone
email
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Share on LinkedIn
Linkedin
, ,
3 comments on “Mes flux RSS
  1. cela fait longtemps que j’avais également envie de partager mes lectures… tu as été plus rapide… du coup je vais regarder ta liste et en profiter pour faire du ménage dans la mienne…

  2. … je reviens de nouveau vers toi, qu’elle merveilleuse liste tu as ! tu as bien occupé ma soirée… du coup obliger de trier tout mes flux d’autant que j’ai fait une installation bourrin et je me suis retrouvé avec 200 rss d’un coup… bref des galères de geek mais du bon à la sortie !

    • Content que ma liste t’ait plu, Julien ! Elle va sûrement évoluer avec le temps, et je mettrai le fichier à jour de temps en temps.

      Maintenant, vais-je rendre disponibles tous les documents (surtout pdf) que j’ai lus ? Cela ferait une jolie petite base de données sur la communication responsable. Mais il y a deux obstacles : l’espace disque que cela prendrait, et la nécessité d’avoir l’autorisation des auteurs (copyright oblige). En tout cas, je suis partisan du partage du savoir. En partageant, on gagne beaucoup plus qu’on ne perd.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.