Revue de web #29

Vingt-neuvième revue de web. Cette édition, regroupant comme toujours des actus sélectionnées et commentées autour des thématiques de la communication et du développement durable, est placée sous le signe de l’espoir. L’espoir que m’ont apporté de nombreuses tribunes ces dernières semaines. Ces lectures sont aussi le prétexte à des mini-tribunes. Réagissez, questionnez, donnez-moi tort ou raison !

Côté DD, RSE, écologie

– Je retiens deux études pour faire le point sur la perception du développement durable et la consommation durable. Espoir, disais-je.

Dénouement (espérons-le) d’une controverse récente autour de la pierre d’Alun. Cela commençait à sentir mauvais…

– Magnifique, inspirant, plein de conviction : « Je suis écolo. Oui c’est vrai, je veux restreindre vos libertés ».

– Autre article à recommander chaudement : qu’est-ce que l’innovation responsable ?

– Le Club de Rome, vous connaissez ? Il fêtait début mars le quarantième anniversaire de « Limits to Growth » (en français « Halte à la croissance ? »). C’est le précurseur du rapport Brundtland, 15 ans avant.

– Ça n’a peut-être rien à voir avec la RSE… peut-être… mais je voulais vous prier respectueusement de bien vouloir réduire votre fortune personnelle de 5 euros pour L’Impossible. L’autre journal, dont le numéro 2 vient de sortir. Objet violemment nourrissant pour l’intellect.

Côté com

– (J’ai décidé de passer sous silence l’affaire Publicis/Maurice Lévy, pas besoin de tirer sur l’ambulance, et surtout bon courage aux salariés du groupe.)

– Publicis qui ne me semble pas avoir participé à cette initiative incitant mollement et au mauvais moment à voter, histoire de s’acheter une bonne conscience à pas cher. (Et à part ça, la com n’aurait rien de politique !!!)

– À propos de politique et de la pitoyable présidentielle, une tribune qui fait chaud au cœur, et essaie de redonner à l’écologie sa véritable place : Sous les slogans, où est l’environnement ?

– Autre tribune enthousiasmante : Le nouveau défi des relations presse responsables.

– Du même tonneau, un article qui vous fera vous poser des questions sur la nécessité de cloisonner communication externe et interne. Repensons nos métiers, voulez-vous.

– Bravo également : le « pink washing » ne passera pas par nous. C’est aussi cela, la communication responsable !

– Le sujet date de quelques mois, mais je voudrais braquer de nouveau les projecteurs sur cette grosse « maladresse de communication » : la Fondation Écologie d’avenir, créée par l’illustre Claude Allègre, affiche maintenant ses soutiens sur son joli site (en flash, un choix cohérent !).  Les entreprises qui, si elles tiennent à leur image, ne devraient donc plus jamais communiquer sur leur RSE sont : Alstom, Cristal Union, EDF, Limagrain, Schlumberger. Ou comment, en forme de poisson d’avril ou pas, accrocher dans son dos une énoooorme pancarte « climato-sceptique ». Dominique Bourg l’a bien compris, et sa sortie du conseil sociétal d’EDF est logique. Qui veut parier avec moi qu’EDF fera dans l’année une campagne RSE ? À moins qu’ils ne l’aient déjà fait

– Avez-vous lu la première tribune de François d’Aubert, le nouveau président de l’ARPP, auto-proclamé « gardien du temple » (il est en ruine, le temple) ? Face à une telle langue de bois, j’ai envie de lui conseiller de prendre contact avec Franck Lepage et sa SCOP Le Pavé. Ils devraient s’entendre. Ou alors de regarder ce qu’il se passe en Nouvelle-Zélande quand on fait du greenwashing. Pour l’inspiration.

– J’ai lu avec intérêt mais aussi un peu de circonspection l’interview de Bernard Stiegler sur bastamag.net. À vous de voir.

– Par contre, Néoplanète m’a surpris. En bien. Si, si, c’est possible. Je souligne une chronique qui conclut au besoin de mettre en place une véritable régulation, et le relai d’un coup de gueule de la mairie de Paris sur l’affichage publicitaire (merci la loi Warsmann). Bravo ! Mais ne vous en faites pas, il reste encore quelques cas croustillants de greenwashing sur mesure pour les partenaires du journal, du genre qui me font un tout petit peu râler. Verre à moitié plein.

– Pour finir en beauté : CNP Assurances est un des plus grands assureurs français. Son site web, très éducatif, nous propose « quelques informations techniques simples » pour optimiser notre visite. Recommandation : « Pour apprécier toutes les fonctionnalités du site, les versions 4 et plus des navigateurs Internet Explorer et Netscape Navigator sont nécessaires. » Netscape n’existe plus depuis belle lurette et IE4 a été remplacé… en 1999. CNP, un des plus grands assureurs français, ne s’est pas intéressé au sujet depuis une bonne dizaine d’années. C’est bon, ça !

2 comments to “Revue de web #29”
  1. Bonjour Yonnel,
    merci pour cette nouvelle revue de web et pour la citation 😉
    Une remarque, le pinkwashing est avant tout relié à cette tendance (forte aux USA, chaque année plus marquée en France) de vendre n’importe quel produit en l’associant à la lutte contre le cancer du sein (ruban rose). Cf. http://www.sircome.fr/Octobre-rose-et-le-marketing et http://www.sircome.fr/Connaissez-vous-le-pinkwashing.
    à bientôt et bon vote !
    Mathieu

    • Mathieu, toujours au top ! 😉

      L’article cité méconnaît donc l’usage principal de ce terme. La réflexion n’en reste pas moins intéressante, notamment en ce qu’elle nous permet de prendre conscience que la communication responsable ne concerne pas seulement la communication de la RSE, mais vraiment tout sujet. Je suis persuadé que sur l’utilisation de la couleur rose, 99% des agences ne se posent même pas la question : féminin = rose, un point c’est tout.

      Bon vote à toi aussi (dans 3 jours on pourra arrêter de se gratter la tête) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.